Accessibles ?

Le 4 janvier est la Journée mondiale du braille, c’est donc l’occasion d’explorer la question de l’accessibilité des ressources numériques de tous les membres de la communauté universitaire : étudiant·es, mais aussi enseignant·es et personnels. 

une pièce puzzle en complète d'autre. cette pièce comprend des logos représentant le handicap moteur, visuel, auditif, cognitif et l'inclusion
Image par Rosy de Pixabay

Tenir compte des situations de handicap de vos destinataires 

Le référentiel général d’amélioration de l’accessibilité (RGAA) préconise de viser 4 critères dans la conception et la diffusion de contenus numériques. Ils doivent être perceptibles, utilisables, compréhensibles et robustes. Comment ces qualités se retrouvent-elles dans les contenus pédagogiques ? 

Perception par les sens 

Un contenu exclusivement écrit peut exclure les personnes non-voyantes et un contenu exclusivement audio peut exclure les personnes sourdes. Des solutions simples à mettre en place existent pour remplir ce critère, par exemple en proposant systématiquement les contenus en format écrit et audio, avec une transcription de vidéo à télécharger ou des sous-titres ou un enregistrement audio du texte ou une mise en page structurée de façon à être lisible pour un logiciel de transcription en braille.  

Utilisation : quand on ne peut pas naviguer “à vue” 

Le contenu est perceptible, encore faut-il que votre étudiant·e en situation de handicap puisse y accéder en naviguant dans l’environnement numérique, comme Moodle, pour pouvoir l’utiliser. La présence explicite et l’agencement des fonctionnalités et des informations sont essentiels pour que les contenus soient effectivement utilisés. 

Une personne dyslexique aura des difficultés de lecture avec certaines polices de caractères ou une mise en page serrée et surchargée : cette information n’est pas utilisable pour cette personne. Par ailleurs, un outil de synthèse vocale doit être capable de distinguer la hiérarchie de l’information (titres, paragraphes, parties importantes, moins importantes etc.)  

Compréhension des contenus exprimés

Parmi ces actions pour favoriser l’inclusion informationnelle, l’Union Européenne propose un guide des Règles européennes pour une information facile lire et à comprendre. Cette approche a été développée pour rendre accessible la formation pour adultes aux personnes en situation de handicap intellectuelle. Les règles concernent autant la mise en page, qui limite le nombre de mots par ligne que la formulation des phrases. 

Cette approche de prime abord déconcertante, car elle rompt avec les habitudes stylistiques, syntaxiques et lexiques de beaucoup d’universitaires, permet de repenser notre façon de communiquer à autrui. Il y a un équilibre délicat à trouver entre sa propre façon de s’exprime – qui peut impliquer le plaisir du verbe, de la belle phrase, du mot rare – et la nécessité d’être compris·e par ses destinataires, quelle que soit leur situation. 

Robustesse des solutions numériques

L’offre en termes d’applications numériques, de navigateurs ou encore de logiciels numériques croît de façon exponentielle ; c’est d’autant plus vrai (mais pas que) pour les personnes en situation de handicap qui doivent s’équiper pour accéder aux contenus. Or, ces outils numériques qui transmettent l’information doivent être compatibles avec le format de votre contenu. Certaines fonctionnalités peuvent être impossibles avec un navigateur Internet aussi vous pouvez tester vos contenus sur plusieurs d’entre eux pour éliminer les éléments qui ne seraient pas pris en charge par tous. 

Inclure vraiment tout le monde

Au-delà du handicap, la plupart de ces aménagements profiteront à l’ensemble des usagers et usagères. En effet, un contenu structuré, aéré, disponible en plusieurs formats, via différents outils numériques le rend accessibles dans la plupart des situations de vie de vos destinataires. Certaines personnes manifestent aussi des préférences pour des formats, par goût personnel ou selon les situations : on peut  par exemple lire le cours pour se concentrer et prendre des notes une première fois, puis l’écouter plus tard pour se remémorer. 

Comment m’y prendre pour améliore l’accessibilité de mes contenus ? 

Les services publics ont l’obligation de rendre leurs contenus numériques accessibles à des degrés et des formats recensés par le RGAA (version 4 depuis 2021). Ce document se compose également d’un guide contenant les critères concrets à appliquer pour garantir la meilleure accessibilité. D’une manière générale, ces critères contribuent grandement à améliorer la qualité des contenus numérique et web. 

Si la connaissance de ce document nous paraît indispensable, vous pouvez aussi consulter le Guide sur l’accessibilité des ressources numériques pédagogiques, conçus par l’Université de Strasbourg et adapté aux besoins des enseignant·es :  https://documentation.unistra.fr/Catalogue/Services_pedagogiques/Ressources_Accessibles/co/guideWeb.html  

Il propose des mesures concrètes et réalistes à appliquer et une partie est consacrée à Moodle. 

Plus spécifiquement, il est possible de se rapprocher de la Direction des Pédagogies Innovantes et du Relais Handicap pour réfléchir ensemble aux mesures qu’il est possible de mettre en place.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.

Mode hybride

Terme utilisé pour désigner tout cours ou toute formation reposant sur une alternance entre cours en présentiel et cours à distance, ou bien cours en asynchrone (temps différé) et cours en synchrone (en simultané).

Présentiel enrichi

Utilisation d’un environnement numérique principalement pour y déposer des ressources complémentaires que les étudiants consulteront dans le cadre de leur travail personnel, en dehors des heures maquettes et sans suivi pédagogique.

Maëlle Crosse

Désireuse d’offrir un soutien pédagogique de qualité aux enseignants, j’inscris la DPI dans une démarche d’amélioration continue et favorise l’intelligence collective par le partage et le développement de la collaboration. 

Marion Apffel

Mon cœur de mission est la réussite étudiante, en particulier des premières années ; je travaille donc avec les équipes pédagogiques pour développer le tutorat, les tests de positionnement, la remédiation, avec une forte coloration e-learning. 

Fanny Sapparrart

Je suis comme l’alien enfermé dans la photocopieuse dans Men in black, Multitâches ! Du traitement des demandes pour les besoins du service au suivi financier en passant par la gestion des plannings et l’accueil etc… Bref, l’administratif c’est moi !  

Thomas Petit

Optimiser l’expérience d’apprentissage : mon credo pour accompagner les enseignants dans la conception de cours en ligne, le déploiement et la conduite de projets e-learning et, plus largement, dans la diversification des pratiques pédagogiques #LXdesign #intelligencecollective 

Stéphanie Orizet

J’accompagne les acteurs de l’université dans l’appropriation des outils numériques pour l’enseignement (Moodle, outils de webconférence, etc) et je conçois des dispositifs techniques et de nouveaux services numériques pour la communauté universitaire.  

Christel Terrasson

J’ai pour mission de coordonner le déploiement audiovisuel de dispositifs d’enseignement hybride au sein des établissements partenaires. Mon écoute et mon expérience de la chaîne de production audiovisuelle me permettent de vous accompagner sur vos projets d’hybridation. 

Claire Dott

J’accompagne spécifiquement les enseignants du projet européen EU-CONEXUS aux usages des outils numériques (formation et tutoriels en anglais sur Moodle, POD et Big Blue Button). Je participe également aux différentes missions de la DPI en m’appuyant sur les travaux de recherche en pédagogie universitaire.  

 

Cédric Rochereul

J’accompagne les acteurs de l’Université, qu’ils soient étudiant·es ou enseignant·es-chercheur·ses, dans leur processus de création audiovisuelle, de l’écriture à la diffusion, en passant par la captation et le montage. 

Violaine Charil

Le métier de conseiller pédagogique dans l’enseignement supérieur est relativement nouveau. Ma mission consiste à accompagner et à soutenir les enseignant·es et les équipes dans leur développement professionnel pédagogique, initial et continu. Issue du champ de la didactique professionnelle, formée au conseil et à la formation de formateurs, j’accompagne les démarches d’amélioration ou de transformation pédagogique, à travers notamment le développement des approches programme et par compétences, des méthodes de pédagogies actives, de la flexibilisation des formations. 

Dominique Besse

Je suis à votre écoute pour tous vos  projets audiovisuels en pédagogie, recherche ou institutionnel, que ce soit de la captation d’évènement ou de la réalisation  vidéo, en passant par le prêt de matériel et les conseils. 

Blocs de compétences

  • Bloc 1 : Planifier des activités d’apprentissage et d’évaluation
  • Bloc 2 : Communiquer / Animer en situation d’enseignement-apprentissage
  • Bloc 3 : Accompagner les étudiants dans leur démarche d’apprentissage
  • Bloc 4 : Adopter une représentation de l’acte d’enseigner et d’apprendre
  • Bloc 5 : Développer une pratique réflexive à l’égard de sa pratique pédagogique
  • Bloc 6 : Travailler en équipe à la réalisation de projets ou de programmes
  • Bloc 7 : Agir de manière éthique et responsable en contexte d’enseignement

Mourad Al Natour

De l’installation du matériel à la mise en ligne des vidéos en passant par la captation, je suis toujours disponible à vos côtés pour réaliser vos projets, pour l’enseignement, la recherche et la communication.

TEA, pour « Travail étudiant accompagné », est une modalité de cours, au même titre que le CM et le TP, qui vise à favoriser la pédagogie active.

RePer

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit. Ut elit tellus, luctus nec ullamcorper mattis, pulvinar dapibus leo.